Capsule souvenir – 30 ans pour la Fondation des Aveugles du Québec

Vous souvenez-vous…

De notre premier immeuble construit en 1994 ?

***

Première canadienne

Une résidence pour personnes handicapées visuelles dans Mercier

Par Lucie Lecours – paru le 28 juin 1994 dans le Flambeau de l’est

Fini les problèmes de logement pour au moins une vingtaine, si non plus, de personnes aveugles et amblyopes (dont la vue est de beaucoup affaiblie) de la région, puisqu’un projet pour le moins unique – d’abord parce qu’il s’agit d’une première à l’échelle canadienne et ensuite parce qu’il origine d’une idée qui a germé dans la tête d’un individu qui a consacré sa vie aux handicapés visuels – vient de voir le jour dans Mercier. La Résidence Habitoeil Montréal, le nom de baptême de ce nouveau complexe de 17 logements construit sur la rue Duchesneau, vient en effet à peine d’être inaugurée. Financée à même des fonds publiques (fédéraux et provinciaux), la Résidence Habitoeil Montréal n’abrite donc que des personnes aveugles et semi-voyantes.

Pour les concepteurs du projet, il s’agit d’une bénédiction qui n’aurait pu venir à meilleur moment.

Là-dessus, Ronald Beauregard, vice-président du conseil d’administration de l’établissement sans but lucratif, en avait long à dire. Ce que doivent vivre les personnes handicapées visuelles n’est pas toujours connu du grand public, avance-t-il.

Environ 80 p. cent des gens qui souffrent d’un handicap visuel vivent avec moins de 10 000 $ par année, alors que le seuil de la pauvreté, selon les chiffres avancés au fédéral, se situe à 12 000 $ par année. Faudrait donc pas s’étonner de trouver des personnes aveugles et semi-voyantes dans des logements insalubres et mal adaptés à leurs besoins », d’expliquer M. Beauregard, lui-même semi- voyant, lequel ajoute que c’est pour lutter contre cette réalité désolante que le projet a été mis sur pied.

Avant d’en arriver à ce projet, il a fallu qu’on établisse un constat des programmes actuellement offerts aux handicapés visuels. On en est venu à la conclusion que tous les programmes d’intégration, les grandes orientations et bien d’autres projets du genre ne règlent pas le principal problème des handicapés visuels, soit le logement. La plupart des handicapés visuels bénéficient de l‘aide sociale et consacre jusqu’à 75 p. cent de leurs revenus à leur logement. Ce n’est pas acceptable, de souligner le vice-président.

Une idée, un projet

La résidence Habitoeil Montréal, c’est l’idée d’un homme, Armand Houle, qui, à l’âge de 72 ans, ne compte plus les heures lorsque vient le temps d’aider une personne handicapée, de rapporter son « sergent » (sobriquet que lui donne M. Houle lui-même). Ce projet, on le lui doit, c’est son initiative », soulignait Ronald Beauregard. Ce qu’il y a de particulier, dans cet établissement, c’est l’éclairage, le contraste des couleurs, le gros lettrage qui côtoie le Braille, les rampes continues, etc. Toutes des particularités qui ne retiendraient pas l’attention d’une personne à qui la vue ne fait pas défaut mais qui fait toute la différence lorsqu’on a un sérieux problème avec ses yeux. Lorsque le projet a été accepté par les gouvernements fédéral et provincial, par la Société canadienne d’hypothèque et de logement et par la Société d’habitation du Québec, plus de 250 demandes de logements ont été acheminées à la Fondation Habitoeil, maître: d’œuvre du projet. Les critères de sélection, selon les précisions de M. Beauregard, s’apparentent à celles qui prévalent dans les habitations à loyer modique: revenus annuels, salubrité du logement précédent et, un ajout important, la présence d’au moins une personne handicapée visuelle par famille.

Une entente de 35 ans

Au bas mot, le projet est évalué à 1,7 M $. Et en vertu de l’entente cadre Canada-Québec sur l’habitation sociale, une subvention de 119 409 $ sera versée annuellement, sur une période de 35 ans, par les deux gouvernements pour éponger le déficit qui s’installera lorsque la colonne des revenus confrontera belle des frais d’exploitation.

Voir l’article original (numérisation) – Fichier .Pdf

Description de l'image: Photo de la première page du journal représentant deux personnes et un chien guide devant notre nouvel immeuble